Sr Judith

 

slideshow africa 3

Bonjour! Je me présente, je suis sœur Judith. Depuis un an, j’ai l’opportunité de vivre dans la mission de la communauté, au Libéria. Nous y accueillons des enfants défavorisés qui vivent avec nous jour et nuit. Et moi, je fais partie du groupe qui s’occupe des petits enfants de deux à cinq ans. Ils sont douze, huit garçons et quatre filles. La mission avec les enfants, ce n’est pas toujours facile. Ils nous aident à nous confronter avec nous-mêmes en faisant parfois ressortir nos blessures, notre passé, ce que nous avons vécu dans notre enfance… La mission c’est aussi se confronter avec d’autres adultes qui travaillent avec nous, en réfléchissant à l’éducation que nous voulons donner aux enfants et aux méthodes auxquelles nous recourons chaque jour. Ici, nous sommes au nombre de cinq missionnaires pour douze enfants. C’est une très belle aventure qui n’est pas facile à vivre tous les jours mais qui donne vraiment beaucoup de joie. Je remercie Mère Elvira qui a eu l’intuition, il y a plus de dix ans, que j’étais faite pour la mission et pour les enfants. Encore aujourd’hui je peux relire les nombreuses pages de vie et moments de croissances vécus durant toutes mes années de mission à Bahia. Aujourd’hui je me considère comme une privilégiée de l’Esprit Saint. Humainement, en regardant les fatigues et les sacrifices, cette vie n’a rien de « privilégié » aux yeux du monde. Mais moi, je me considère comme une privilégiée parce que, ce que je vis aujourd’hui, est unique et me conduit à l’essentiel de la vie. Le Seigneur Dieu ne nous a-t-Il pas créés pour la communion? L’essence de notre être n’est-il pas d’être communion avec les autres? Et alors, voilà, voilà que le Seigneur me donne l’opportunité aujourd’hui d’intervenir dans la vie de ces petits qui grandissent jour après jour et deviennent grands. Et quand ils reliront leur histoire, moi j’aurai été un instrument dans leur vie pour leur faire rencontrer l’amour, le sens réel de la vie, Dieu, la prière. C’est donc une très grande responsabilité que le Seigneur a déposée entre mes mains. Et pour ce motif, je sens chaque jour le besoin en moi de m’agenouiller dans la prière devant le Saint Sacrement pour demander conseil à l’Educateur des éducateurs, pour demander pardon, pour me remettre en question. Aujourd’hui je peux contempler au cours de toutes ces années de mission, les nombreux passages de ma croissance personnelle que j’ai pu y vivre, eu égard à mon vécu et à mon histoire. Quand Mère Elvira m’a appelée en 2003 pour me dire que je partais pour la Bahia, elle m’a dit : « Là- bas, à toi, je ne te donne aucune responsabilité, je t’ai envoyée pour ta guérison » et puis une autre fois, elle m’a dit : « Entre le rêve et la réalité, il y a une mer de différence ». Et voilà qu’en traversant les océans pour vivre la mission et le service des enfants, j’ai reçu la grâce de pouvoir résoudre grâce à la prière et aux situations, les problématiques intérieures que je vivais pour trouver la vraie paix intérieure et réaliser réellement mon être selon les dimensions réelles pour lesquelles le Seigneur m’a créée. Aujourd’hui, dans la mission Africaine, après trois ans de pause dans la maison de formation en Italie, je sens que je suis repartie avec un plus, plus de joie, plus de paix, plus d’attention aux autres et aux enfants avec qui je vis. Oui, je veux rendre grâce pour la plénitude de vie que j’expérimente aujourd’hui en rencontrant le regard de ces douze enfants avec qui nous partageons la vie jour après jour. Ici, les choses sont très simples, on n’a pas le temps pour le superflu. Laver les dents, changer les langes, nettoyer les oreilles, jouer au docteur, faire du nettoyage, etc… En bref tout ce que ferait une mère qui s’intéresse à ses enfants. Et pour cela je voudrais remercier aussi ma mère, qui, il y a plus de quarante ans, a renoncé d’aller travailler au dehors pour pouvoir s’occuper mieux de ses enfants. Je sais que j’ai hérité d’une grande richesse, et je désire ne pas la perdre mais considérer cet héritage chaque jour pour en faire une richesse et un enseignement en tout ce que je vis aujourd’hui dans la mission, avec ces enfants.

Sœur Judith