Thomas

Thomas

 

Bonjour, je m’appelle Thomas, j’ai 24 ans et cela fait maintenant un an que je suis en Communauté.

Après ma naissance, j’ai grandi avec ma maman qui m’a élevé seule. N’ayant que très peu rencontré mon père qui était routier, j’ai grandi sans cette autorité et avec un vide qui a grandi au fil des années.

Mon enfance fut assez mouvementée, perturbée par des questions existentielles que je me posais et auxquelles personne n’avait de réponses. Frustré et insatisfait, j’ai toujours eu un détachement naturel des choses découlant de cela.

Ma scolarité fut une catastrophe, je ne cherchais qu’à m’amuser, je n’envisageais pas une vie sérieuse.
Très vite, ne voulant pas affronter la dure réalité de la vie avec sa banalité de tous les jours, ma première addiction fut les jeux-vidéos. C’était tellement plus simple de m’asseoir et de gérer une vie fictive. Mais assez rapidement j’ai compris que je passais à côté de ma vie.

Alors est arrivé le temps du lycée et, cherchant à me sociabiliser et ne sachant pas comment le faire, j’ai très vite été attiré par le monde de la nuit et séduit par les beaux discours du mal. Suite à cela, ma vie a pris un tournant et je me suis enfoncé inconsciemment dans un gouffre, fuyant toujours plus qui j’étais vraiment et ce que je ressentais en prenant diverses drogues. Je me suis perdu et j’ai développé des paranoïas envers les autres, brisant l’un après l’autre les liens amicaux souillés par le business et l’attitude que j’avais développée.

Je croyais être libre en me défonçant et au fur et à mesure que le temps passait, je remarque maintenant que je consolidais ma prison. Au bout d’un moment sous le poids de mes ennuis, je me suis réfugié dans la cocaïne pour fuir tous mes problèmes, j’ai tout lâché autour de moi: travail, relations, vie sociale, etc…

Puis j’ai entendu parler du Cenacolo et je suis rentré à Lourdes. Au début pour faire plaisir à ma maman, mais au fond de moi, il y avait quelque chose qui me disait que c’était le bon endroit.

Les premiers mois ont été assez rudes car je ne voyais pas la nécessité de rester; j’ai très vite repris confiance et en me convainquant que je devrais partir, j’ai attendu la première rencontre avec les familles. Quand j’ai vu ma maman et ma fiancée, le retour à la réalité a été direct et j’ai vu combien j’étais faible face à la tentation.

thomas1

A partir de cette rencontre, j’ai commencé à vraiment faire un chemin pour moi, pour changer. Petit à petit, en faisant confiance et en partageant ce que je vivais aux autres, j’ai découvert que j’ai beaucoup de blessures que je minimisais ou je passais vite à autre chose pour ne pas y penser; j’ai compris que l’absence de mon père et la façon dont il est parti, m’avait beaucoup marqué. J’ai vu que j’étais blessé dans mon affectivité, la nourriture, les jugements, etc…

Grâce à la Communauté, aujourd’hui je peux affronter tout cela et aussi dur que ça peut être, j’ai maintenant trouvé où était le vide dans ma vie, … et j’ai pu le combler grâce à la Foi.
Elle me donne les forces de tout faire, je peux avoir confiance en Dieu pour mon avenir car je peux tout remettre entre ses mains, Il me donne la paix et je sens sa Miséricorde et son Pardon pour toutes mes fautes. Chaque jour devient un don, chaque rencontre, chaque échange, je sens que Quelqu’un veille sur moi et m’accompagne dans tout ce que je fais.

Thomas